01
Henri Poisot pendant les vendanges
02
Henri Poisot sur son tracteur durant les vendanges
03
Pierre et Maurice Poisot

Une histoire familiale…

Le domaine familial est maintenant exploité par Rémi Poisot, fils et petit-fils de Maurice et Pierre Poisot

« Un grand vin n'est pas l'ouvrage d'un seul homme, il est le résultat d'une constante et raffinée tradition. Il y a plus de mille années d'histoire dans un vieux flacon. »
[Paul Claudel]

En 1902, à la mort de son père Louis Latour, Marie Poisot hérite de la moitié du domaine viticole, son frère Louis héritant de l'autre moitié, noyau du domaine de la maison Louis Latour d'aujourd'hui. Les vignes de Marie sont partagées entre ses six enfants, dont Pierre Poisot. Celui-ci épouse Yvonne Misserey. Trois enfants naissent de ce mariage entre 1932 et 1935 : Maurice, Henri et France.

Pierre exerce son métier de vigneron, comme chef de culture à la maison Louis Latour, jusqu'à son décès le 31 décembre 1937. Yvonne Poisot devient alors usufruitière de ses parcelles de vigne qui seront partagées en 1979 entre ses trois enfants.

A partir de 1902, les parcelles de Pierre seront exploitées successivement en fermage ou en métayage, par la maison Louis Latour, Henri Poisot et Michel Voarick, avant d'être reprises en 1986 par Maurice Poisot. Ce dernier, marié à Marie-Louise Piguet a cinq enfants. Le troisième, Rémi, reprend l'exploitation en juin 2010.

Du domaine initial ne subsistent que les parcelles de Maurice et France, Henri ayant vendu les siennes en 1990.
01
02
03
03

…et personnelle

Après 28 ans en mer, l'appel de la terre s'est fait plus fort. Une nouvelle aventure débute en juin 2010

« Homme libre,
toujours tu chériras la mer !»
[Charles Baudelaire]

Rémi Poisot n'a pas choisi la voie la plus directe pour devenir vigneron, mais ses racines ont fini par le rappeler au sein du berceau bourguignon. En effet, attiré par l'action et avide de découvrir le monde, il choisit de quitter la Bourgogne après le lycée pour faire ses classes préparatoires et présenter le concours de l'Ecole Navale. En 1984, le voilà prêt à vivre l'aventure dans la Marine Nationale comme officier de marine de carrière.

Vingt-huit années plus tard, après avoir parcouru presque toutes les mers du globe, commandé deux bâtiments, servi sur huit autres dont le porte-avions Charles de Gaulle, l'appel de la terre s'est fait sentir. Même capitaine de vaisseau, un fils, petit-fils et neveu de viticulteurs peut-il échapper à son destin ?

En septembre 2009, Rémi quitte l'Etat-major de la Marine, place de la Concorde à Paris, pour débuter une reconversion au Centre de Formation Professionnel et de Promotion Agricole de Beaune. Vingt-quatre ans après son père Maurice, il reprend donc l'exploitation des vignes familiales en juin 2010.

Avec fierté mais humilité, il compte marcher dans les pas de ses prédécesseurs tout en apportant sa touche personnelle. Par ailleurs, contrairement à son père, qui vendait la récolte en moût de raisins et en vin à des négociants de la région, Rémi commercialise aujourd'hui une partie de la production en bouteilles.
01
02
03
03
Aloxe Corton
03
Pernand Vergelesses
03
Vosne Romanée
03
03

Le domaine aujourd'hui

Vingt quatre ans après son père, Rémi exploite désormais le domaine familial et commercialise lui-même sa production.

« Je ne connais de sérieux ici-bas que la culture de la vigne »
[Voltaire]

Après les différents partages et ventes survenus depuis la succession de Marie Poisot et la mort de son fils Pierre Poisot (1900 - 1937), vigneron à Aloxe-Corton et grand père de Rémi, la superficie exploitée représente aujourd'hui environ 2 ha avec la caractéristique, rare pour un petit domaine familial, de disposer de trois grands crus et d'un premier cru.

Aujourd'hui, Rémi exploite et commercialise les appellations suivantes :

- PERNAND-VERGELESSES 1er cru En Caradeux – Rouge
- CORTON BRESSANDES Grand cru – Rouge
- CORTON CHARLEMAGNE Grand cru – Blanc
- ROMANEE SAINT-VIVANT Grand cru – Rouge

Fidèle à l'histoire familiale, la cave et la cuverie où sont vinifiés les raisins sont situées à Aloxe-Corton, petit village renommé, entièrement dédié à la vigne et dont le nom du grand cru "Corton" a été accolé à celui d'Aloxe par décret impérial du 22 mars 1862.